Comme je disais dans mon billet précédent « L’Âge du Courage« , suivre la politique est souvent un gaspillage de temps et d’énergie. Si entre 2016 et 2019 on pouvait croire que la politique aurait résolu nos problèmes, maintenant on voit bien que ce n’est plus le cas.

Dans plusieurs cas, la politique est devenue une lutte entre grandes familles aristocratiques pour le contrôle du territoire, et les élections sont devenue juste une manière de décider quelle famille aristocratique va tenir le pays pendant les 4-5 années qui suivent. Et pour ces famills aristocratiques, la population n’est plus une ressource, mais un problème à gérer.

En plus d’être un monde autoréférentiel et détaché des exigences de la population, la politique est pour les individus un gaspillage de temps et d’énergie: pour garder le consensus de la population, la politique doit inventer des défis, toujours nouveaux et toujours plus grands: la Guerre contre le Terrorisme, la Bataille contre le Changement Climatique, le Combat contre le Coronavirus, le Barrage contre le Fascisme.

Au niveau plus petit, la politique devient bureaucratie. Chaque Grand Combat mène à une augmentation exponentielle de la bureaucratie et de la paperasse, au point que même la plus simple des tâches devient vite un cauchemar bureaucratique.

Donc, pour reprendre le contrôle sur nos vies, il est indispensable de pratiquer:

La grève de la politique.

Grève de la politique qui se traduit dans toute une série d’actions pratiques

  1. Avoir un but dans la vie

Le but de la politique est de faire de manière que le but de notre vie soit uniquement la victoire de tel parti ou de tel autre. Les politiciens sont heureux quand ils voient que notre bonheur dépend de la victoire du PS plutôt que de l’UDC (et vice-versa). Au contraire, notre but est d’être heureux, indépendamment du gouvernement en charge. Il nous faut donc un but dans la vie qui soit lié uniquement à nous-mêmes, et qui soit indépendant de tel parti ou tel autre.

  1. Voter pour les gens et les idées, pas pour les partis.

Un des buts des grands partis est de polariser l’électorat. Souvent cette polarisation se fait entre deux partis qui, bien que formellement ennemis, font partie de la même aristocratie. Pour combattre cette polarisation, et récupérer notre pouvoir décisionnel, il devient important de voter indépendamment des partis:

  • Aux élections, voter pour les gens qui nous font confiance, indépendamment du parti dans lequels ils se présentent. Au surplus, nous pouvons faire un panachage entre plusieurs listes pour éviter de favoriser un parti plutôt que un autre.
  • Aux initiatives et référendum, voter selon conscience, indépendemment du parti qui porte telle ou telle autre initiative.
  1. Diversifier et internazionaliser son business

La politique se base sur la gestion d’un territoire qui, par définition, est limité par ses frontières. Pour être indépendants de la politique, il faut organiser son business pourqu’il soit divisé entre plusieurs pays et plusieurs secteurs d’activités. de cette manière, si un gouvernement prend des mesures pour tuer un certain business (comme c’est le cas pour les restaurateurs en 2020-2021), nous pouvons toujours développer un de nos autres business ou transférer notre business dans un autre pays.

Dans mon cas, j’ai profité de mes études en Architecture et en psychologie pour développer plusieurs business en parallèle:

De la même manière, je profite de mon bilinguisme italo-français pour développer mon business sur trois pays:

  • France
  • Italie
  • Suisse
  1. Quitter la ville e la société de consommation

Les villes sont les lieux du pouvoir: c’est dans les villes que le pouvoir s’exerce avec un maximum de force. Loin des villes, le pouvoir s’exerce de manière plus légère, et les citoyens sont plus libres. Si on vit dans des réalités plus petites, une crise comme celle de 2020 fait moins de dégâts: en vivant dans la campagne, j’ai senti la crise du point de vue professionnel, mais globalement j’ai pu faire ma vie sans trop de soucis.

De la même manière, la société de consommation est un des sinstruments de contrôle du pouvoir politique sur les citoyens. Moins on consomme, plus on est indépendants du pouvoir politique. De mon côté, j’ai presque totalement quitté la société de consommation, et je me concentre plutôt sur la production et les investissements. Mon but n’est plus de produire pour consommer, mais de produire pour le goût de produire.

  1. Avoir une famille nombreuse.

Si on est seuls, le 100% de nos besoin doit être satisfait par l’état et par le monde du travail: deux secteurs qui sont hautement dépendants du bien vouloir du politicien en charge. Avec une grande famille, une partie des besoins est satisfaite au sein de la famille elle-même, et la famille devient moins dépendante des différents choix politiques.


Vous voulez vivre une vie plus heureuse, plus indépendante et moins liée au bien vouloir des différents partis? Contactez-moi sans hésiter!