Dans les derniers mois, plusieurs personnes de mon entourage ont quitté ce monde.

Parmi les gens qui nous ont quitté, il y avait un peu de tout:

  • Des retraités qui vivaient leur vie paisible entourés de leurs enfants et petits-enfants.
  •  Un type très énergique et plein de projets (j’avais commencé à travailler avec lui il y a quelques semaines, et maintenant ça sera à moi de reprendre le flambeau et continuer son travail).
  • Une dame qui avait passé ses derniers 20 ans à engueuler sa fille pour ses choix de vie, et qui a porté sa rage dans la tombe.

Donc, aujourd’hui, on parlera de la mort.

Je vais mourir. Vous allez mourir. Tôt ou tard, tout le monde va mourir.

Si nous avons de la chance, nous pouvons espérer de vivre jusqu’à 85-90 ans, voire au delà. En cas de malchance, nous pourrions vivre jusqu’à 65-70 ans, et en cas d’extrême malchance, nous pourrons même mourir demain.

Dans tous les cas, nous savons qu’il y a un nombre limité de jours devant nous.

Selon votre état de santé et votre foi dans les progrès de la médecine, vous pourrez fixer votre espérance de vie.

Personnellement, j’ai fixé un âge limite à 65 ans. C’est l’âge à laquelle les maladies du 3ème âge commencent à apparaître (j’ai vu récemment pas mal de personnes de mon entourage développer des maladies à cet âge là). J’ai actuellement 38 ans, ce qui me laisse encore 27 ans avant d’arriver à l’âge de 65 ans. 27 ans à passer en bonne santé, plus une autre vingtaine à passer dans un état de santé plus ou moins précaire.

Et dans ces 27 ans, j’ai un tas de choses à faire. Ma liste n’est pas aussi longue que celle de Corinne, mais il y a quand-même un bon nombre de choses:

  • Voyager: il y a plein de lieux en Espagne et dans le Sud de la France que j’aimerais visiter, et les périodes où je peux voyager sont courtes. Donc je n’ai pas de temps à perdre! (j’ai déjà optimisé ma liste de voyages: j’ai enlevé toutes les destinations à plus de 15 heures de route de chez moi, ainsi celles où le climat est trop froid où il n’y a pas un lieu où se baigner – désolés les islandais et les Ouzbeks: probablement je ne viendrai pas vous voir dans cette vie).
  • Travailler, gagner de l’argent, et monter plein de nouveaux projets: j’ai plein d’idées, tout le temps, et je veux les voir réalisées avant de mourir. De plus, la plupart de mes idées comprennent des projets immobiliers, qui sont très longs à réaliser: il faut commencer. Tôt!
  • Vivre des nouvelles relations amoureuses, et vivre au maximum mes relations existantes: la vie est trop courte pour avoir des relations amoureuses l’une après l’autre. Et avec une relation après l’autre, on vit tout le temps entre les regrets des relations passées et l’attente des relations futures. Pour vivre dans le présent, mieux vaut tout vivre au même temps.
  • Avoir des enfants: Les enfants prennent du temps. 20-25 ans minimum. Pour que je puisse m’en occuper tout en étant en bonne santé, il faut d’abord que j’aie mes enfants d’ici 2019. Ensuite, mes voyages, mes projets et mes amours devront se faire au même temps que l’éducation de mes enfants (d’ici l’intérêt d’une éducation nomade).

De cette réflexion en sort clairement un corollaire.

NOUS N’AVONS PAS LE TEMPS D’ÊTRE MALHEUREUX.

1024px-bernt_notke_danse_macabre(source image)

  • Je connais des personnes qui se sont séparées, et ont passé 7 ans à pleurer, et à prier leur partenaires de revenir à la maison. 7 ANS PERDUS. Ils auraient pu trouver des autres partenaires, plus jeunes et plus beaux, mais non, ils ont préférés être malheureux.
  • J’en connais des autres qui n’étaient pas contents des choix de vie de leurs enfants, ils leur reprochaient d’être homosexuels, de ne pas avoir assez de buts dans la vie, ou de n’importe quelle autre autre chose. Et à chaque fois qu’ils se rencontraient, ils se prenaient la tête. PENDANT 20 ANS. Une de ces personnes est morte récemment. Elle est morte fâchée.
  • Il y en avait une autre qui avait un mari jaloux, qui lui disait de ne pas faire ceci et de ne pas faire cela. Et elle, pour ne pas fâcher son mari, n’a fait ni ceci, ni cela. PENDANT 40 ANS. Maintenant elle s’est inscrite à une association de séniors, et fait tous les voyages qu’elle peut. Mais ce n’est plus la même chose.
  • Il y a tous qui font des sacrifices au travail, pour payer l’hypothèque de la maison, le leasing de la voiture, et pour ne pas avoir de soucis à la retraite. Et, avant de finir de payer la maison et de toucher leur retraite, ils sont morts. SANS PROFITER DE LA VIE.
  • Et puis il y a tous ceux qui militaient pour une cause, qui attendaient la fin du patriarcat, la venue du communisme, la conclusion des travaux du Métro de Rome. ET PUIS, ILS SONT MORTS AVANT. Le patriarcat est toujours là, le communisme ne se pointe pas à l’horizon, les travaux du Métro de Rome continuent, lents comme toujours. Et eux, ils sont morts, toujours en attendant quelque chose.

CHAQUE JOUR QU’ON PASSE À REGRETTER, À SE PLAINDRE,À SE SACRIFIER, À ATTENDRE QUELQUE CHOSE, EST UN JOUR DE BONHEUR EN MOINS .

 

Publicités