Il y a des symboles qui sont utiles, comme ceux qui nous aident à trouver les sorties ou les toilettes.

1024px-fire_exit-svg

908px-mumbai_sign_ladies(source images: 1,2)

Et puis il y a des symboles qui servent à autre chose.

1000px-coat_of_arms_of_the_soviet_union_281923e28093193629-svg

760px-ussr_stamp_1957_cpa_2067

we_can_do_it21

1024px-manifestation_anti-g8_au_havre_-_21_mai_2011_-_025_v1

(source images: 1.2.3.4)

Ces symboles là ne donnent pas une indication pratique, mais ils ont plutôt le but de motiver les gens dans leur parcours de vie, en leur montrant le futur radieux qui se prospecte devant eux.

Ces symboles représentent des rêves.

Avec le passage du temps, et au fur et à mesure que les rêves sont mis en pratique, ils se peut que la réalité prenne un parcours différent de ce qui était prévu, et on se retrouve avec des symboles qui n’ont plus rien à voir avec la réalité promise. De symboles, ils sont devenu des simulacres, ou des idoles.

Et quand les symboles sont devenus des simulacres, il se produit chez les gens qui les suivent une dissonance cognitive: le symbole représente un certain état, mais la réalité dit tout le contraire.

  • Le communisme dit apporter l’abondance, mais les récoltes sont toujours mauvaises et les commerces sont toujours vides.
  • Les socialistes disent défendre les travailleurs, mais font toujours des lois qui favorisent les patrons.
  • Les insoumis n’ont pas leur langue dans la poche, mais attaquent toujours l’opposition et jamais le gouvernement
  • Le travail des femmes donne de l’indépendance, mais au final on se trouve à travailler à deux avec le même argent qu’on avait quand il y avait un seul salaire.
  • La voiture nous donne la liberté, mais on est toujours pris dans les bouchons.
  • L’amour gagne toujours.
  • Un autre monde est possible, mais pas maintenant.

Et plus le temps passe, plus la divergence entre le rêve et la réalité augmente. On voit que la réalité est faite d’une certaine manière, on sait que le rêve est faux, mais on fonce encore plus dans le rêve. On combat les Ennemis du Peuple, on fonce encore plus dans le Grand Effort Collectif, et on se prépare au Futur Radieux.

  • Si le communisme produit des récoltes maigres, c’est la faute aux Traitres de la Révolution. Encore un petit effort et on aura des moissons abondantes.
  • Si les socialistes favorisent les patrons contre les ouvriers, c’est pour relancer l’économie. Et quand l’économie sera relancée on aura de l’abondance pour tout le monde.
  • Les Insoumis ne critiquent pas le gouvernement parce qu’ils sont en train de Faire Barrage au Fascisme. Chaque critique du gouvernement est un cadeau aux Fascistes.
  • Si les femmes au travail sont malheureuses, c’est la faute au patriarcat. Si vous avez envie d’être à la maison et de s’occuper de vos enfants, c’est que vous avez intériorisé l’oppression.
  • Vous êtes pris dans les bouchons? c’est qu’on a pas assez de routes. Un peu de patience, nous travaillons pour vous.
  • Si la vie de couple ne va pas bien, vous êtes malheureux, votre partenaire vous bat, vous faites des crises de jalousie à longueur de journée, il faut s’aimer. Toujours et pour toujours.
  • Si on ne vit pas tous dans la Transition énergétique, c’est la faute aux multinationales du pétrole.

Le dernier stade de ce processus est le Jeu de la Mort, où on se bat activement, au nom du Grand Effort Collectif, pour assurer le malheur de soi-même et des autres.

(différemment du jeu, où on donne toujours une secousse à quelqu’un d’autre, dans la réalité on envoie souvent une secousse à soi-même)


À un certain moment, il faut s’en sortir. Quitter le Grand Effort Collectif, rejoindre les Traitres de la Révolution et s’assoir sur le canapé avec une bière à la main.

On quitte le groupe des Militants, on rejoint les groupe des Vivants.

(pour fêter cela, rien de mieux que une belle image d’arbres et de nature)IMG_20160808_005745

Publicités