Un jour, vous trouvez un chat. Un beau chat, tout mignon.

La rencontre s’est faite un peu par hasard. Vous avez laissé la fenêtre ouverte et le chat, qui marchait sur les toit, est rentré et est venu vers vous. Vous êtes allés vers lui, et vous avez commencé à jouer ensemble.

tumblr_ooql5de2mz1vx8mzlo1_500

Le courant passe entre vous et votre nouvel ami, et un jour vous vous demandez si c’est pas le cas qu’il devienne votre chat.

Vous l’attirez dans votre appartement, et une fois qu’il est rentré, vous fermez la fenêtre.

Maintenant, c’est votre chat. Votre et de personne d’autre.

Pendant quelques jours, ça marche bien. Votre nouvel ami est joyeux, il mange toutes les croquettes que vous lui donne (et vous lui donnez beaucoup), il joue avec vous…

Au fur et à mesure que le temps passe, vous voyez que son caractère commence a changer. Il joue de moins en moins avec vous (on dirait même qui fait tout ce qu’il peut pour vous éviter), il se gave de plus en plus de croquettes, il devient de plus en plus apathique et on dirait même qu’il vous évite.

Vous supportez ce chat de moins en moins, et un jour vous laissez même la fenêtre ouverte pour voir que se passe. Le chat ne se le fait pas dire deux fois, saute de la fenêtre et repart sur le toit.

Une semaine plus tard, vous le voyez à nouveau depuis votre fenêtre. Beau, maigre, joyeux à nouveau. Il vous voit, il vous fixe un moment, et il reprend son chemin.

Et puis, vous le voyez rentrer chez les voisins.


Ce qui se passe avec ce chat est très similaire à ce qui se passe avec nos partenaires. On les aime pour leur indépendance et pour leur fierté, et au même temps on le voudrait tous pour nous, pour nous et pour personne d’autre.

Et puis on se plaint que, une fois qu’on les a capturés, nos partenaires ne sont plus les mêmes, qu’ils dépriment, qui n’ont que une envie, celle de partir.

Donc, si vous aimez quelqu’un, laissez-le libre. Ne l’enfermez pas, ne lui mettez pas de règles, ne dites pas que c’est le votre (et de personne d’autre).

Sinon, il se laissera aller et il déprimera. Comme un chat dans une cage.

Publicités