Si les projets individuels sont comme le Football et le Basketball, la communication est du Volleyball.

1024px-TUR-FRA_EVC_2009_Poland(source image)

Une partie de volleyball se compose de plusieurs phases. Chaque phase de jeu se compose de la manière suivante:

  • L’équipe A lance le ballon
  • L’équipe B reçoit le ballon, il lui fait faire trois rebonds, et le relance à l’équipe A
  • L’équipe A reçoit le ballon, il lui fait faire trois rebonds, et le relance à l’équipe B
  • L’équipe B reçoit le ballon, il lui fait faire trois rebonds, et le relance à l’équipe A
  • …. (et ainsi de suite)….
  • Une des deux équipes n’arrive pas à attraper le ballon, et l’autre équipe marque un point.

Une des choses qui rend intéressant une partie de volleyball, c’est que chaque équipe a le droit d’effectuer un maximum de trois rebonds avant de renvoyer la balle à l’autre équipe.

Cela rend le jeu équilibré et plaisant à regarder: si une équipe faisait 15 rebonds et l’autre un seul, le jeu deviendrait ennuyeux, mais avec trois rebonds par équipe, on garde un bon rythme.

Donc, si on applique les mêmes principes dans une conversation, on a deux règles d’or:

  • le déroulement: Service – Rebond – Rebond – Rebond – Conclusion
  • le rythme: chacune des deux personnes impliquées dans une conversation doit garder le même nombre de rebonds que l’autre personne.

Faisons donc un exemple, avec une prise de contact sur Tinder:

  • Salut!
  • Salut!
  • Comment tu vas?
  • Bien, et toi?
  • Bien aussi. Je profite de la journée ensoleillée.
  • cool, tu fais quoi?
  • Je fais une balade au bord du lac.
  • cool! j’aimerais bien aussi faire une balade, mais je ne connais personne par ici.
  • Ok, si jamais la prochaine fois on pourra y aller ensemble.
  • Volontiers! Tu veux y aller quand?
  • Lundi à 16h, ça te va?
  •  Ok, à lundi alors!
  • à lundi.

Les deux parties sont équilibrées, la communication est fluide, et tout passe bien.

Examinons un contre exemple (toujours tiré d’une prise de contact sur Tinder) :

  • Salut!
  • Salut!
  • Comment tu vas?
  • Bien, et toi?
  • Bien aussi… à propos, je voulais te dire une chose. 
  • Quoi?
  • Ô vous que votre âge défend,
    Riez ! tout vous caresse encore.
    Jouez ! chantez ! soyez l’enfant !
    Soyez la fleur ; soyez l’aurore !Quant au destin, n’y songez pas.
    Le ciel est noir, la vie est sombre.
    Hélas ! que fait l’homme ici-bas ?
    Un peu de bruit dans beaucoup d’ombre.Le sort est dur, nous le voyons.
    Enfant ! souvent l’oeil plein de charmes
    Qui jette le plus de rayons
    Répand aussi le plus de larmes.

    Vous que rien ne vient éprouver,
    Vous avez tout, joie et délire,
    L’innocence qui fait rêver,
    L’ignorance qui fait sourire.

    Vous avez, lys sauvé des vents,
    Coeur occupé d’humbles chimères,
    Ce calme bonheur des enfants,
    Pur reflet du bonheur des mères.

    Votre candeur vous embellit.
    Je préfère à toute autre flamme
    Votre prunelle que remplit
    La clarté qui sort de votre âme.

    Pour vous ni soucis ni douleurs,
    La famille vous idolâtre.
    L’été, vous courez dans les fleurs ;
    L’hiver, vous jouez près de l’âtre.

    La poésie, esprit des cieux,
    Près de vous, enfant, s’est posée ;
    Votre mère l’a dans ses yeux,
    Votre père dans sa pensée.

    Profitez de ce temps si doux !
    Vivez ! – La joie est vite absente ;
    Et les plus sombres d’entre nous
    Ont eu leur aube éblouissante.

    Comme on prie avant de partir,
    Laissez-moi vous bénir, jeune âme, –
    Ange qui serez un martyr !
    Enfant qui serez une femme !

  • Ceci dit, tu veux sortir avec moi?
  • Non.

Vous voyez la différence?

Publicités