J’ai été cette semaine à la réunion pour le lancement d’une nouvelle initiative locale et écologique. On parlait de créer une plateforme pour mettre en commun des ressources qu’on n’utilise pas, avec le but de réduire notre consommation et notre impact sur la planète.

Si l’intention est louable (et je lui souhaite un gros succès), des initiatives comme celle-ci témoignent d’une certaine relation à l’argent, très commune dans les milieux alternatifs et écologistes, et qu’on pourrait ainsi résumer:

  • Les banquiers, les promoteurs immobiliers, les spéculateurs de tout genre courent derrière l’argent. Ils n’hésitent pas à utiliser les moyens les plus malhonnêtes pour gagner de plus en plus d’argent.
  • Nous ne sont pas comme eux. Nous souhaitons un monde plus juste, plus écologique et plus équitable.
  • Par conséquence, nous devrons éviter que les gens puissent gagner de l’argent grâce à nos initiatives. Nous veillerons donc à interdire toute forme de commerce et toutes les possibilités de professionnaliser les activités que nous promouvons.

Malheureusement, c’est une relation à l’argent qui se définit en négatif. Le but est de « ne pas être comme ces gens là »: pour la loi de l’attraction, ces initiatives permettront efficacement aux participants de se différencier des banquiers et spéculateurs, mais n’auront pas d’impact au delà du petit cercle des gens qui sont mal à l’aise avec le monde de la finance.

Pour donner une deuxième chance à ces initiatives, allons construire une relation plus saine avec l’argent.

1024px-cyanotype_iii
(source image)

Nous passons la grande majorité du temps à gagner de l’argent.

  • Le personnes qui ont un travail salarié passent en moyenne 11 heures par jour à chercher de gagner de l’argent: 8 heures par jour au travail, + 2-3 heures pour aller au travail et pour la pause de midi.
  • Les entrepreneurs n’ont pas ces contraintes horaires, mais cherchent à intégrer le fait de gagner de l’argent dans la plupart de leurs activités.
  • Ceux qui ne passent pas leur temps à gagner de l’argent ont quelqu’un d’autre qui gagne de l’argent à leur place: les héritiers ont leurs parents, et les femmes au foyer ont leur mari.

Nos activités sont des transactions équitables.

Dans nos activités (professionnelles et bénévoles), nous effectuons des transactions: nous donnons quelque chose et recevons quelque chose en échange, et la valeur de ce que nous donnons et ce que nous recevons doit être en équilibre.

Dans les activités bénévoles, le bénéfice de notre activité est immédiat: nous donnons notre temps et notre énergie, pour faire quelque chose qui nous fait sentir bien:

  • organiser une fête pour les enfants du coin => se réjouir de les voir s’amuser.
  • s’occuper des animaux abandonnés => voir la gratitude dans leurs yeux (c’est pour ça que tout le monde s’occupe de chiens, chats et lapins, et personne ne s’occupe des crocodiles anthropophages).
  • participer à des groupes écologiques et anticapitalistes => le plaisir de se sentir différents des requins de la haute finance.

Les transactions commerciales sont des transactions déséquilibrées

Dans le paragraphe précédent, nous avons vu que les activités bénévoles sont des transactions équilibrées:

effort mis dans l’activité = bénéfice moral qu’on en tire

Les transactions commerciales, au contraire sont des transactions déséquilibrées, et l’argent sert à ré-équilibrer la transaction:

effort mis dans l’activité = bénéfice moral + bénéfice financier

Pour reprendre l’exemple d’avant:

  • tout le monde aura envie de s’occuper du bien-être des petit chiens et chats abandonnés, et plusieurs personnes seront prêtes à le faire gratuitement, juste pour le plaisir d’interagir avec des petits animaux
  • personne ne voudra s’occuper du bien-être des crocodiles anthropophages, et pour que quelqu’un s’en occupe, il faudra le payer, et beaucoup.

L’argent est la mesure du déséquilibre des transactions commerciales.

Le bénéfice financier que je tire d’une transaction commerciale est proportionnel à la différence entre le bénéfice que les autres tirent de la transaction et le bénéfice que nous tirons de notre même transaction.

  • En début d’été, les maillots de bains sont très recherchés. Un magasin de vêtements peut remplir ses locaux de maillots de bain et le vendre avec une grosse marge: les gens seront prêts à payer le prix pour avoir un maillot de bain et être équipés pour partir à la plage.
  • En fin d’été, il fait trop froid pour aller à la plage, et personne ne veut plus de maillot de bain. Le magasin de vêtement se retrouvera les locaux encombrés par les maillots de bain invendus, et que personne ne veut plus acheter. Pour inciter les gens à acheter les derniers maillots de bain, il fera des touts petits prix.red-sale-label-1425210027dkz

Diplômes. certifications et expérience professionnelle NE SONT PAS la mesure des transactions commerciales

Vous avez un diplôme, un doctorat, 20 ans d’expérience, et vous n’arrives pas à décrocher un travail? Au même temps, votre voisin, qui a juste la scolarité obligatoire, trouve du travail à gauche et à droite?

Les diplômes, les certifications et l’expérience professionnelle ne garantissent pas un travail ou un succès professionnel. Avec deux exceptions:

  • Dans les professions réglementées, comme les architectes ou les cafetiers. Chaque bureau d’architectes a besoin d’un architecte MPQ, et chaque café a besoin d’un cafetier avec patente. Dans ce cas, le fait d’avoir un diplôme vous rend indispensable à l’entreprise.
  • Dans les travaux de haute précision. Si vous avez un diplôme et de l’expérience en installations électriques ou chirurgie gastro-intestinale, les gens vous feront confiance et vous confieront la gestion de leur installations électriques et de leur apparat digestif. Si vous avez un diplôme en littérature classique ou en études de genre, vous n’avez pas de compétences spécifiques, qui vous rendent plus intéressant à des potentiels clients ou à un employeur potentiel.

(en réalité, les études de genre baissent la possibilité de trouver un emploi après les études. Les compétences acquises sont difficilement utilisables sur le marché du travail, et les personnes qui ont suivi des études de genre tendent à contester la hiérarchie des entreprise. Si vous avez suivi des études de genre, ne le mettez pas dans votre CV.)

Le processus entrepreneurial en trois mots: Besoin => Travail => Vente

Pour monter une activité entrepreneuriale, suivez ces trois passages:

  • Identifiez un besoin
  • travaillez pour résoudre ce besoin
  • vendez le résultat de votre travail

Le pourquoi de ce le besoin, les détails de comment vous allez le résoudre, quelles sont les compétences et diplômes nécessaires, quel est l’impact éthique et écologique du besoin en question… celles-ci sont des questions accessoires, auxquelles on pourra répondre au moment venu.

Au départ, il faut juste faire ces trois passages: identifier un besoin, travailler pour le résoudre et vendre les résultat de son travail.

S’il n’y a pas ces trois passages, tout projet d’entrepreneuriat est destiné à l’échec.

Quelques exemples pour terminer.

Pour conclure, voici deux vidéos avec des gens qui créent des activités entrepreneuriales avec très peu de moyens et très peu de compétences. Ils ont juste trouvé le besoin, et vendent la solution.

ça se passe au Burkina Faso:

Et à Panama:

P.S. Vous voulez monter votre business, et vous voulez être sûrs de partir sur des bonnes bases? Contactez-moi!

 

Publicités