Je fais partie, depuis quelques années, de différentes sous-cultures, qui osent des approches différents pour tout ce qui concerne le corps, la sexualité, la privacité et les rapports hommes-femmes: couchsurfing, naturisme, polyamour, libertinage, tantra, féminisme, cosplayers, différents types de couple ouvert et questions LGBT.

1024px-swca_-_steampunk_skywalker_family_281658047140429

(source image)

Et dans ces sous-cultures, il y a toujours un même problème qui se répète: des curieux (pour la plupart des hommes), qui rentrent, observent un peu, essaient de contacter un peu de personnes au hasard (surtout des profils féminins), postent quelque chose de très maladroit ou très déplacé, et se font vite éjecter du groupe.

Dans la plupart des cas, la réaction des membres du groupe est très énervée: de cas de ce type il y en a en moyenne 2-3 par semaine, et sur le long terme, être confronté à ce type de comportement devient usurant.

 

De mon côté, je me suis fait prendre par la curiosité, et j’ai cherché une explication de ce comportement.

Il y a des messieurs qui vivent dans une vie bien rangée (mariage classique, éducation conservatrice etc…) et qui sont très insatisfaits de leur vie. Mais ils ne connaissent rien de ce que se passe en dehors de leur cercle familial: probablement ils ont vu quelques film porno, ils ont entendu quelque discours de leur cousin, qui avait entendu de son voisin, qui avait vu la dame d’en face prendre sa douche sans soutien-gorge, mais rien de plus que ça. Ils imaginent un monde où tout le monde se promène nu, et couche à gauche et à droite sans même dire bonjour. Ils passent leur vie à rêver de ce monde, mais ils n’ont pas le courage de faire le pas: ils craignent les réactions négative de leur femme, de leur chef, de leur entourage (en général, ce sont des gens qui n’aiment pas trop le risque).

Un jour, ils ont l’occasion de leur vie. Leur mariage se termine, les enfants partent de la maison, et ils se retrouvent à nouveau libres d’explorer le monde et de faire des expériences. Mais, au même temps, ils n’ont aucune idée de comment s’y prendre.

Ils arrivent dans les différentes groupes en imaginant je ne sais pas quoi. Ils se sentent au pays de merveilles, ils ne font rien pour le cacher, et ils se font vite repérer.

1024px-made_in_asia_2015_-_cosplay_is_not_consent_281683632906529

(source image)

Donc, pour ces personnes qui veulent faire le saut, mais qui ne savent pas comment s’y prendre, je vais faire un petit récapitulatif.

  1. Humilité, Humilité, Humilité. Vous êtes les derniers arrivés dans un groupe. Les autres personnes y sont probablement depuis des mois, voire des années. Donc, ne prétendez pas de tout comprendre dès le début. Si vous faites de erreurs, excusez-vous, et prenez le temps de comprendre les choses. Au départ, on y est passés tous.
  2. Probablement, votre fantasme n’existe pas. Un monde où tous se promènenent nus et couchent à gauche et à droite sans même dire bonjour n’existe pas dans la vie réelle. Par contre, il existe plein de mondes intéressants où on réinvente à souhait les règles du vivre ensemble. Il faut juste avoir de la patience et trouver la sous-culture qui fait pour vous.
  3. Étudiez les règles du groupe. Loin d’être un milieu homogène, le monde alternatif est fait de plusieurs sous-cultures, chacune avec ses règles et conventions. Les couchsurfers respectent la privacité de leurs hôtes, les naturistes ne parlent pas de sexe, les libertins sont souvent en couple, les polyamoureux discutent beaucoup. Et encore plus, chaque groupe tient à son individualité, et tient aussi à se différencier des autres. Avant de faire le saut, informez-vous, et conformez aux règles du groupe.
  4. Faites le saut, mais avec modération. Ne perdez pas des mois et des mois à fantasmer sur votre sous-culture préférée. Prenez contact avec des gens qui y sont dedans, rejoignez les groupes facebook, réseautez. Mais toujours avec modération: rappelez-vous que vous êtes le dernier arrivé, et que les autres personnes ont déjà une vie, des relations et des intérêts bien établis.
  5. Donnez des coups de main. Dans les différentes sous-cultures, il y a toujours du travail à faire: des repas à cuisiner, des pièces à débarrasser, des arbres à couper… La meilleure manière de s’intégrer dans un groupe, c’est de donner un coup de main.
  6. Le premier groupe, c’est rarement le bon. Peut-être vous êtes naturiste et vous vous retrouvez dans un groupe de couchsurfers. Ou bien, vous êtes polyamoureux et vous vous retrouvez dans un groupe de féministes. Ou peut-être vous êtes anarchiste relationnel et vous finissez chez les libertins. C’est pas grave: il faut juste recommencer à chercher, et trouver le groupe qui fait pour vous.
  7. Si vous prenez le temps d’appliquer ces points, un beau monde s’ouvrira à vous.  les différentes sous-cultures sont des univers très vivants et très enrichissants. Prenez le temps pour les découvrir, et vous ne serez pas déçus.

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à me demander!

 

Publicités