Normalement, quand on parle de solutions pour vivre heureux, on envisage deux plans, l’individuel et le collectif à grande échelle.

Le plan individuel a le grand avantage d’être facile à mettre en pratique:

  • Je veux pratiquer la décroissance? Je réduis mes consommations et c’est fait!
  • Je veux arrêter avec l’exploitation animale? J’arrête de manger de la viande et ma conscience est sauve.

Par contre, ceux qui travaillent uniquement sur le plan individuel se retrouvent souvent seuls dans un monde qui ne les comprend forcement pas. Pour vivre de cette manière, il faut un mental très fort, et aussi une forte résilience car, en cas de pépin, on est seuls.

Le plan collectif à grande échelle a l’avantage de créer des groupes fortement connectés et fortement solidaires, mais qui produisent très peu de résultats. Le collectif à grande échelle tombe vite dans le piège du Grand Effort Collectif, et gaspille ses ressources en tentant de faire une révolution qui n’arrivera jamais.

Une troisième solution, qui combine les avantages des deux approches vient du distributisme.

Créée par G. K. Chesterton et Hilaire Belloc et dérivé de la doctrine sociale de l’église catholique, le distributisme prévoit la gestion des moyens de production par des petites entités, telles que la famille ou la petite coopérative.

Et par analogie, le même système, collectif à petite échelle, peut gérer des structures et des tâches qui sont normalement confiées à l’état, telles que la monnaie (avec les monnaies locales keynesiennes) ou à travers d’une mutualisation de l’état social.

Le gros avantage des structures distributistes, c’est quelles sont très faciles à mettre en place. Vous voulez créer votre entreprise coopérative, votre monnaie locale ou mettre en place un système de congé maternité/paternité mutualisé? Vous trouvez 5-10 personnes intéressées, vous créez une petite société (association, coopérative, sàrl) et en 6-12 mois votre besoin est résolu!

Vous voulez un congé maternité/paternité étendu, mais l’état refuse de le faire? Créez votre propre mutuelle! 

Comme exemple d’application pratique des principes distributistes, j’ai contribué à mettre en place la coopérative d’architectes La Ville Nouvelle. Après les premières rencontres en septembre 2015, la coopérative est née en Avril 2016 et, un an plus tard, elle emploie 4 personnes à 50%.

Vous aussi aimeriez mettre en place des structures coopératives et distributistes? contactez-moi!

Publicités