Chapitre 4

Le train Paris-Bercy – Clermont-Ferrand, des Chemins de Fer d’Auvergne, est un vieux train Corail, transformé en train couchettes. Si à l’extérieur le train a un aspect relativement anonyme, à l’intérieur il a un côté decidement rétro: des compartiments à 6 places, des sièges en tissu, des rideaux à la fenêtre, du bois un peu partout.

« Il me rappelle nos sorties dans les chalets de montagne! » – soupire David.

« oui, il ressemble à celui en Savoie où on s’est connus il y a trois ans! » – continue Sophie.

« Ah, les fêtes qu’on a fait dans les chalets en Savoie! » – se rappelle David – « chaque fois qu’on a fait une fête en Savoie, trois quarts des gens sont finis en couple! »

« Sauf nous, qui sommes finis en trio » – le taquine Sophie – « tu te rappelles, Mathieu? »

Contrairement à ses deux amours, Mathieu se sent plus inquiet. David et Sophie ont pris leur départ le coeur légèr: ils se sont vite débarassés du superflu, ont commencé tout de suite à prendre des infos sur l’Auvergne, i agora poden dir algunes paragulas en Auvernhat’. Mathieu non. Il aime la vie parisienne, ou moins il l’aimait telle qu’elle était dans les années 2010-2014. Maintenant que cette vie parisienne n’existe presque plus, il s’est décidé à partir, mais dans son coeur il aimerait juste revenir à la Paris d’avant. Plus que un voyage dans l’espace, il aimerait faire un voyage dans le temps!

1024px-ick
(source image)

Dans le compartiment du train, en plus de Mathieu, Sophie et David, il y a trois autres voyageurs:

  • Un couple de musulmans de 40-50 ans, habillés dans une tenue traditionnelle. Originaires d’Aubervilliers, ils se sont décidés à partir suite aux décisions du Sultan de Saint-Denis de se rapprocher du courant salafite, très proche de l’islam rigoureux d’Arabie Saoudite. Sous l’islam salafite, la vie peut vite devenir très difficile: pour cela, le couple a décidé de se convertir à l’islam mazarite (l’islam officiel d’Auvergne), et de partir vivre dans la médina de Clermont-Ferrand, où un cousin à eux leur a proposé un travail dans un magasin de tissus.
  • Une jeune femme qui, à l’issue de ses études au séminaire de Nogent-sur-Marne, part s’installer dans le Nowhere de Murat.

Les trains de nuit sont un environnement propice à la discussion, et les 6 passagers de notre compartement ont beaucoup de sujets à discuter: les différentes raisons de quitter Paris, les attentes et les préoccupations liées à leur nouvelle vie en Auvergne, les bons plans sur Clermont-Ferrand… la discussion est intéressante et le temps passe vite.

« Bon, pour nous c’est l’heure d’aller se coucher » – lance la dame musulmane – « discuter avec vous c’est un réel plaisir, mais demain nous avons une longue journée! »

« Pas de soucis » – répond Sophie -« tout le monde, au travail! »

Deux minutes plus tard, tous sont en train de travailler pour monter les couchettes: les uns déplient les sièges, les autres distribuent les couvertures, un autre encore met les oreillers dans leurs fourres…

Maintenant tout le mond dort, sauf Mathieu. Il a trop de pensées, et il n’arrive pas à fermer les yeux. Il se lève discrètement, il sort de son compartiment, et il se met à régarder les êtoiles par la fenêtre du couloir.

Après quelques minutes, la porte du compartiment s’ouvre à nouveau, et en sort la jeune séminariste. Elle se pose deux fenêtres plus loin, et commence aussi à regarder dehors.

« Tu ne dors pas non plus » – lui lance Mathieu.

« Non » – répond elle – « dans les trains de nuit il y a trop de choses qui se passent, et j’ai du mal à lâcher prise et m’endormir. Trop d’histoires, de vies qui se croisent… Dans les trains de nuit il y a trop d’énergies pour pouvoir dormir tranquille ».

« oui, je vois… » – murmure Mathieu. Puis avec un ton plus fort – « en tous cas, je suis Mathieu. »

« Stella, enchantée ».

« Tu disais, tu vas à Murat. C’est où? »

« Dans le Cantal, entre Neussargues et le Lioran »

« Tiens, nous aussi allons dans le Cantal! Il y a un kibboutz près de Neussargues qui nous a offert des places de travail. »

« Cool! on sera voisins! Comme ça, je pourrai te montrer notre Nowhere. »

« C’est quoi un Nowhere? »

« C’est le monastère des Burners. Au départ, les burners se retrouvaient dans des cérémonies improvisées, puis lors de camps pendant l’été. À un certain moment, des burners ont décidé qu’ils en avaient marre de se cacher, et qu’ils voulaient vivre leur vie de burners 365 jours par an. C’est pour ça qu’ils sont venus en Auvergne, et ont fondé des Nowhere un peu partout. Maintenant, en toute l’Auvergne il y en a 36! »

« Ah! C’est un peu comme pour les Kibboutzim! Il me disaient les parents de David que, il y a quelques années, les juifs parisiens cherchaient des lieux pour vivre en accord avec leur religion, et fuir les prix hauts et les conflits inter-communautaires de la capitale. Et c’est pour cela qu’ils sont venus en Auvergne, et ils ont fondé des Kibboutzim là-bas ».

« je vois – dit Stella – « tu es juif? »

« Par alliance. C’est David qui l’est! »

« David est ton copain? »

« Oui, lui et Sophie sont mes amours. Nous sommes en trouple! »

« Vous êtes beaux, tous les trois. Je vous adore! »

Ils discutent encore un peu, jusqu’à que – « Viens! » – chuchote Stella à Mathieu – « je vais te montrer une chose! »

Dans la voiture de queue, il y a toujours 5-6 compartiments vides. Les Chemins de Fer de L’Auvergne les gardent pour les voyageurs de dernière minute, ou pour gérer les éventuels soucis de résesrvations. Aujourd’hui le train est peu fréquenté, et la voiture de queue est presque entièrement vide. Stella et Mathieu arrivent dans la voiture de queue, parcourent le couloir dans les deux sens, et finalement s’installent dans un des compartiments vides.

« Monsieur » – rit Stella – « bienvenue chez nous! »

Ils s’installent l’un à côté de l’autre, et ils restent en silence pendant plusieurs minutes.

« Prends moi dans tes bras » – chuchote Stella à l’oreille de Mathieu.

Mathieu prend Stella dans les bras, et Stella commence à embrasser Mathieu. Il s’embrassent longuement. Au fur et à mesure qu’ils s’embrassent, leur désir monte. Ils font l’amour longuement, et puis s’endorment l’un dans les bras de l’autre.

Maintenant Mathieu se sent mieux. Il sent qu’il n’est plus juste en train d’échapper à la vie parisienne, mais qu’il commence déjà à construire quelque chose en Auvergne. Et l’assurance de Stella le met à l’aise.

Stella aussi se sent mieux. Sa nouvelle vie l’inquiète pas mal: elle n’a jamais réellement veçu toute seule dans une région sauvage comme l’Auvergne, et avoir à côté d’elle un ami comme Mathieu la rassure.

Leur sommeil est de courte durée. à 5h du matin, les hauts-parteurs du train annoncent l’arrivée imminente du train en gare de Clermont-Ferrand. Stella et Mathieu se ruent vers leur compartiment, préparent à la hate leurs bagages, et se préparent à descendre du train.

Chapitre 6

1024px-gare_de_clermont-ferrand.3
(source image)
Publicités