Plus le temps passe, plus je commence à comprendre le fonctionnement du coronavirus, et moins je me préoccupe des développement de cette épidémie. De toutes façons, les courbes suivent parfaitement les modèles, et malgré toutes les déclarations des différents gouvernements, le virus continue à ne pas être influencé par les comportements individuels.

Il y a quand même un phénomène assez curieux sur le comportement du virus:

Un décalage d’un mois environ dans la diffusion du virus entre la Suisse Romande et la Suisse Alémanique.

Un décalage qui a surpris beaucoup de journalistes et d’experts.

Pendant ce mois de décalage, on a essayé de trouver les explications les plus improbables à ce décalage. Le virus ne frappait pas les alémaniques…

  • Parce que les Alémaniques sont moralement supérieurs?
  • Parce que les alémaniques suivent scrupuleusement les règles?
  • Parce qu’ils mangent des rösti au lieu de manger de la longeole et du papet vaudois?
  • Parce qu’ils écoutent la télévision allemande, plus rassurante, au lieu d’écouter la télévision française, plus anxiogène?

Un mois plus tard, le verdict: le virus frappe également les Suisses Allemands. Il le frappe juste plus tard.

Source image

Toutes les villes francophones ont eu leur pic de contaminations entre le 1 et le 15 novembre, tandis que toutes les villes germanophones ont eu leur pic en décembre. Et encore, les villes francophones du Jura Bernois ont eu leur pic en novembre, tandis que les villes germanophones de Fribourg et du Valais ont eu leur pic en décembre. Les pics de contamination suivent la frontière linguistique, et pas les frontières cantonales.

Pourquoi ce décalage? essayons une explication.

La Suisse fonctionne comme une énorme agglomération, qui va de manière plus ou moins continue de Genève à St-Gall. Tous les jours, les suisses vont travailler d’une ville à l’autre.

source image

Et ce pendularisme fait que les réseaux de connaissances des gens s’étendent sur plusieurs villes: les suisses ont un réseau de connaissances personnelles et professionnelles qui s’étend tout le long du pays. Si au niveau des connaissances professionnelles ce réseau est assez homogène, au niveau personnel, chacun tend plutôt à choisir des gens avec qui peut s’entendre: les Romands sotiront plutôt avec des autres Romands, tandis que les Alémaniques sortiront plutôt avec des autres Alémaniques.

Finalement, la méfiance entre les Romands et les Alémaniques a été une des barrières les plus efficaces à la diffusion du coronavirus. C’est suite à cette méfiance que le virus a mis presque un mois à traverser le Röstigraben.